Ordonnance #2 : Pathologie non orpheline

Une ordonnance en guise de clin d’œil ce lundi.

Clin d’œil à mon confrère Rémy Sahuc, lequel a initié avec brio une campagne de décryptage des noms de domaine « de la rue » … et plus précisément au « cul du camion ».

Clin d’œil également au PDG de INDOM, Pierre Berecz, qui nous a emmené ces derniers jours au pays des déménageurs de noms de domaine 😉

Alors quand les noms de domaine fleurissent sur nos vénérés Citroën Berlingo, Peugeot Partner ou autres Renault Master, la situation est généralement fatale aux cœurs sensibles … ou au contraire de nature à rabibocher les couples en mal de sensations fortes !

Fiat Ducato "Multidomainisé" (in Blogodomaines)

Force est de constater que le propriétaire de cet utilitaire immatriculé en Suisse a besoin de manière évidente et en urgence d’un placement sous interférons. Les bases de la communication avec un nom de domaine (et pas 3) sont honteusement bafouées. Le « back to basics » s’impose. Et comme le conclut avec justesse Rémy Sahuc, il est en l’espèce impossible de retenir un quelconque message à la vision d’une telle horreur sur quatre roues.

Faut-il pour autant tirer des interprétations hâtives de ce genre de phénomènes ? Le cul du camion a-t-il vocation à demeurer le musée des horreurs du nom de domaine ?

S’il regorge encore beaucoup trop d’URL en abcd.free.fr, perso.wanadoo.fr/xyz et autres adresses @hotmail.com ou @yahoo.fr, il n’est pas exclu d’atteindre le saint-graal, le nickel+chrome à n’importe quel coin de rue.

La preuve en images.

Cela se passe sur le Boulevard Malsherbes un matin frisqué de fin d’hiver. Prenez une grande respiration et admirez. J’en avais la larme à l’œil. Amélie vous le confirmera.

Renault Master http://www.harmonie.pro

Il est beau ce camion. Il est presque neuf et il brille de mille feux. Il est noir, toujours très classe pour un véhicule, même utilitaire.

C’est le camion d’un peintre qui travaille pour une société spécialisée dans les ravalements de façades (métier apparenté à la chirurgie plastique) et les travaux de rénovation intérieure (métier apparenté à la chirurgie gastro-entérique).

Vous voulez que je vous dise un truc ?

Et bien, je ne sais absolument rien de cette société « HARMONIE » mais rien qu’à la vision de leur parc de véhicules, je suis certain qu’ils font du bon boulot. Et j’ai même assez naturellement tendance à penser que ce sont des PROs et qu’ils travaillent comme des PROs.

Leur nom de domaine en .PRO me pousse évidemment à cette interprétation.

Le choix du nom de domaine est quelque chose de complètement fondamental en matière de communication. S’appeler « HARMONIE » en 2010, et donc exploiter une marque aussi faiblement originale, peut très vite constituer un frein en terme de visibilité. Pourtant nombreux sont ceux qui savent profiter des opportunités du nommage Internet pour se démarquer des autres.

Les extensions gTLD de seconde génération (.INFO, .AERO, .MUSEUM, .TEL, .JOBS, .PRO …) et autres extensions utilisées en secondary meaning (le .TV notamment qui est utilisé dans le domaine de la télévision alors qu’il s’agit de l’extension officielle des îles Tuvalu) ne sont qu’autant d’exemples et d’opportunités à saisir pour la communication de son entreprise.

Leur utilisation depuis des années (2001 pour les plus anciennes) préfigure de manière évidente la prochaine révolution que constituera l’arrivée des nouveaux gTLD fin 2010 et début 2011.

Que vous vous baladiez sur la Croisette, la Prom’ ou devant le Café de Paris à Monaco, vous vous arrêterez au moins une fois pour admirer les bolides rutilants qui exhibent leurs courbes sensuelles. Elles s’appellent Ferrari, Lamborghini, Porsche …

Ce jour-là, je me suis arrêté devant un Renault Master noir !

Publicités

5 commentaires sur “Ordonnance #2 : Pathologie non orpheline

  1. bonjour Docteur,
    Intuitivement, j’aurais envie de vous suivre. Harmonie.pro semble être une adresse internet bien trouvée pour une société qui s’appelle Harmonie. Mais c’est amha typiquement une mauvaise idée. Le taux de notoriété du dot pro auprès du grand public est absolument nul. Le quidam qui aura remarqué l’adresse sur la jolie camionnette recherchera lorsqu’il rentrera chez lui dans son moteur préféré : harmoniepro, harmoniepro.com, harmoniepro.fr, harmonie.pro.com, etc. Personne ne souviendra du harmonie.pro, c’est donc un mauvais choix d’URL pour toute société ayant des objectifs un tout petit peu ambitieux sur le web.
    Quand à la phrase « Les extensions gTLD de seconde génération (.INFO, .AERO, .MUSEUM, .TEL, .JOBS, .PRO …) et autres extensions utilisées en secondary meaning ne sont qu’autant d’exemples et d’opportunités à saisir pour la communication de son entreprise », elle a certainement dû vous échapper. La communauté de passionnés et de professionnels des noms de domaine à laquelle vous dira d’une seule voix exactement le contraire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s